Un vol minutieusement préparé dans le chantier du méthaniseur de Vraignes-en-Vermandois – Courrier Picard

FAITS DIVERS

Rémi Chombart est dépité, son fils Pierre aussi. Le premier est directeur de Sanamethan, qui construit actuellement un gros méthaniseur sur le territoire de Vraignes-en-Vermandois, entre Péronne et Saint-Quentin. Son fils sera le responsable du site, qui réinjectera le méthane dans le réseau de gaz, aura la particularité de récupérer le CO2 contenu dans les plantes pour le stocker et le revendre à des fabriquants de soda par exemple. Le chantier est important et il a débuté il y a bientôt un an mais il est à l’arrêt la nuit. Et c’est au moment où le site est désert que plusieurs intrusions avaient été relevées.

Le ou les véhicules qui ont acheminé les voleurs vers le lieu du vol sont repartis en passant par un champ de blé
Le ou les véhicules qui ont acheminé les voleurs vers le lieu du vol sont repartis en passant par un champ de blé

Un système de télésurveillance détectant les mouvements avait été installé discrètement, renforcé par plusieurs caméras de vidéo-surveillance. «  À chaque fois qu’une intrusion est détectée, je suis immédiatement alerté et je me rends sur place avec Pierre, raconte Rémi Chombart. Une fois, on est tombés sur des gens qui nous ont dit qu’ils cherchaient leur chien. Il y a un mois et demi, quand on est arrivés avec mon fils, un fourgon blanc était en travers de l’accès et les hommes qui étaient dedans nous ont dit qu’ils cherchaient du bois dans les déchets du chantier, mais ils ne voulaient pas nous laisser passer. On a fini par rentrer et on a constaté qu’une caméra de surveillance avait été mise hors d’état de nuire. Une plainte avait été déposée mais classée sans suite. Depuis, on nous a volé des câbles électriques  ».

Des dévidoirs de rallonges électriques ont été retrouvés dans le champ voisin, là ou le matériel volé a été chargé dans le véhicule qui a acheminé les voleurs
Des dévidoirs de rallonges électriques ont été retrouvés dans le champ voisin, là ou le matériel volé a été chargé dans le véhicule qui a acheminé les voleurs

Trois premiers exemples qui ont précédé une nouvelle alerte lundi soir. «  Vers minuit, il y a eu une nouvelle alerte. Nous sommes arrivés sur le site et nous avons vu des gens se balader avec des lumières rouges. Quand nous avons été repérés, les lampes se sont éteintes et la partie de cache-cache n’a rien donné  ». Un jeu ? Rémi Chombart et son fils ont découvert à leurs dépens que c’était en fait un «  repérage  », ils en ont fait les frais mercredi matin. «  Quand l’équipe de construction de l’entreprise est arrivée à 8 heures, elle nous a immédiatement appelés  ». Un container avait été découpé à la disqueuse et tout le matériel entreposé à l’intérieur avait été volé.

Un trou a été fait par une disqueuse pour permettre aux voleurs de pénétrer dans le container dans lequel était stocké le matériel
Un trou a été fait par une disqueuse pour permettre aux voleurs de pénétrer dans le container dans lequel était stocké le matériel

«  Des outils de qualité, des batteries, un nettoyeur haute pression haut de gamme, mais aussi des pompes de vidange de cave, des rallonges électriques. La liste complète des objets volés n’est pas encore faite, mais le préjudice dépasse les 50 000 €. Dès qu’il sera fait, une plainte sera déposée  ».

Dans le container visité, il ne reste que les boites vides du matériel haut de gamme volé, nettoyeur haute pression, perceuses et visseuses
Dans le container visité, il ne reste que les boites vides du matériel haut de gamme volé, nettoyeur haute pression, perceuses et visseuses – (Photo VINCENT FOUQUET).

Selon Rémi et Pierre Chombart, les voleurs sont passés avec une 4×4 ou un fourgon à l’arrière du chantier, pour éviter les caméras de surveillance, en passant dans un champ dans lequel ils ont laissé des traces.

Le ou les véhicules qui ont acheminé les voleurs vers le lieu du vol sont passés par des champs de betteraves
Le ou les véhicules qui ont acheminé les voleurs vers le lieu du vol sont passés par des champs de betteraves

«  Puis, ils sont descendus dans le chantier le long d’un talus pentu à l’aide d’une sangle et d’une corde, avant de découper le container et de prendre le matériel qui a été chargé dans le véhicule. Nous n’avons pas eu affaire à des amateurs, mais à des personnes qui avaient bien repéré les lieux et établi un plan pour ne pas être repérées par les caméras de surveillance  ».

Une des sangles par lesquelles les voleurs sont descendus en rappel, est encore installée et fixée à un arbre
Une des sangles par lesquelles les voleurs sont descendus en rappel, est encore installée et fixée à un arbre
Une des sangles par lesquelles les voleurs sont descendu le talus en rappel, est tombée au sol
Une des sangles par lesquelles les voleurs sont descendu le talus en rappel, est tombée au sol – (Photo VINCENT FOUQUET)

Le dispositif de sécurité ayant révélé une faille, il a immédiatement été corrigé et renforcé. De nouvelles caméras ont été installées, ainsi qu’un nouveau système de surveillance que Rémi Chombart ne souhaite évidemment pas dévoiler, et tout le matériel n’est désormais plus stocké sur les lieux, mais emporté avec les équipes chaque soir.

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original