Teksial propose une nouvelle fiche CEE pour booster l’octroi de l’éco-PTZ – Le Moniteur

Le délégataire CEE, filiale d’Engie, propose de créer de nouvelles fiches de Certificat d’économie d’énergie (CEE) pour augmenter le volume de travaux financés par ce système.

Alors que les travaux d’isolation connaissent un coup d’arrêt suite à l’entrée en vigueur de la cinquième période de Certificats d’économie d’énergie (CEE) et de la fin de certains coups de pouce, Teksial propose des solutions pour tenter d’inverser la tendance.

Selon les données publiées par l’administration « 140 000 travaux financés par les CEE ont été engagés au premier trimestre 2022, indique Jean-Baptiste Devalland, directeur général du délégataire CEE et mandataire MaPrimeRenov’, ce jeudi 9 juin lors d’une conférence de presse organisée à Paris. A ce rythme-là, 560 000 travaux seront lancés d’ici la fin de l’année alors que l’objectif est à 700 000 unités. »

Booster l’octroi d’Eco-Prêt à Taux Zéro

Teksial propose donc créer de nouvelles fiches CEE. Rappelons que cette entreprise est une filiale d’Engie, fournisseur d’énergie considéré dans le système des CEE comme un « obligé » qui doit financer des opérations de rénovation énergétiques, des plans de formation en lien avec les économies d’énergie, de communication… en les valorisant via les fiches CEE. Plus le nombre de fiches CEE est important, plus les possibilités d’atteindre les obligations fixées par le gouvernement sont nombreuses pour Engie.

Parmi les solutions qui pourraient réduire le reste à charge des ménages, Teksial propose de créer une fiche qui permettrait d’inciter les banques à octroyer des éco-prêts à taux zéro. « Actuellement, le reste à charge augmente, c’est le principal point d’achoppement. Or, les banques distribuent peu cet éco-PTZ parce que ce produit ne leur apporte par de rentabilité financière. Par exemple, elles ne facturent pas de frais de dossiers, évalués entre 500 et 2000€ pour les prêts traditionnels », indique Jean-Dominique Masseron, directeur réglementaire et affaires publiques de Teksial. La création d’une fiche CEE permettrait aux banques de valoriser l’octroi de ces emprunts via les CEE, à 1 500€ pour un ménage « classique » et à 2 000€ pour n ménage « modeste ».

Autre proposition : que les CEE financent la création d’un audit du logement. « Les ménages ne savent pas par quel bout prendre les travaux, cette analyse leur permettrait de faire les travaux dans le bon ordre », poursuit Jean-Dominique Masseron. Cet audit serait couplé à un carnet d’information du logement, renseigné par les professionnels du bâtiment et qui se transmettrait chez le notaire, lors de la mutation de l’habitation. Enfin, Teksial milite pour le financement, via les CEE, de la mise en place d’un plan de formation à la rénovation énergétique, « qui commencerait par la sensibilisation à l’écologie dès le plus jeune âge et se poursuivrait tout au long du cursus », termine Jean-Dominique Masseron.

Accompagnateur Rénov’ : Teksial ne désespère pas

 

La publication du décret d’application de l’article 164 de la loi climat et résilience créant l’accompagnateur est attendue dans les semaines qui viennent. Ce texte pose le statut de l’Accompagnateur Rénov, qui entrera en fonction au 1er janvier 2023, pour aider les ménages à s’y retrouver. Son intervention serait obligatoire pour les travaux de 5000 € ou plus. Problème pour les mandataires et délégataires CEE : le projet de texte prévoit que les prétendants au statut d’Accompagnateur Rénov seront dans « l’impossibilité » de « réaliser des activités d’exécution d’ouvrage ».

« Il y a une vraie attente chez les particuliers d’un guichet unique, mais l’articulation entre le rôle du public et du privé doit être bien pensée. D’ailleurs, le rôle des entreprises privées doit être encore défini. Le débat est encore en cours », assure Jean-Dominique Masseron.

Recherche Google News – Cliquez pour lire l’article original

Recherche Google News – Cliquez pour lire l’article original