Seine-Saint-Denis : Est Ensemble valide les propositions de la Convention citoyenne pour le climat – Les Échos

Chose promise, chose due ! Le Conseil territorial de l’intercommunalité Est Ensemble, qui regroupe neuf villes de Seine-Saint-Denis (Bagnolet, Bobigny, Bondy, Le Pré-Saint-Gervais, Les Lilas, Montreuil, Noisy-le-Sec, Pantin et Romainville), a voté mardi soir ses engagements en réponse aux propositions de la Convention citoyenne locale pour le climat et la biodiversité , qu’elle lui avait remis fin janvier. De septembre à janvier, 100 citoyens de l’intercommunalité tirés au sort s’étaient réunis une fois par mois afin de réfléchir à des mesures en faveur de l’environnement sur le territoire.

Seules 12 propositions écartées

Seules 12 propositions, sur les 220 émises par la Convention, n’ont pas été retenues par le Conseil territorial. Il justifie ces rejets par le fait que ces propositions ont déjà été réalisées (comme la demande de généraliser la collecte des déchets par aspiration, un audit étant déjà lancé sur le sujet), qu’elles ne relèvent pas de la compétence de l’intercommunalité (comme celle de créer un réseau de minibus, qui est l’apanage des villes) ou qu’elles vont à l’encontre de la politique environnementale d’Est Ensemble (comme la demande d’implanter des parkings-relais, ce qui encouragerait le recours à la voiture, selon le Conseil).

Pour toutes les autres propositions, le Conseil a voté à l’unanimité des réponses sous forme d’engagements. Si certains reprennent des projets déjà en cours, comme le passage à 10 mètres carrés d’espaces verts par habitant (contre 6 aujourd’hui) ou la transformation de la Porte de Bagnolet et du pont de Bondy, avec enfouissement total ou partiel de la route et végétalisation des deux zones, plusieurs nouveautés sont à noter.

La création d’un Fonds arbres a par exemple été votée. « Abondé par des fonds publics et privés », il devrait permettre la plantation de nouveaux arbres sur le territoire. L’ouverture d’une Cité du climat a également été décidée, associée à un comité exécutif composé d’habitants, d’entreprises et d’élus du territoire qui sera chargé d’évaluer les politiques publiques ayant un impact sur le climat.

Autre geste d’ouverture à la démocratie participative, le Conseil s’est prononcé en faveur d’un Conseil citoyen des mobilités, formé à partir des associations d’usagers, pour traiter des questions liées aux transports collectifs, au vélo, à la marche… avec une orientation sur la transition écologique.

Création d’un office foncier solidaire

Comme le rappelle aux « Echos » Patrice Bessac, président (PCF) d’Est Ensemble, « ce vote était la première étape du projet, témoignant d’un accord de principe. C’est maintenant que nous allons entrer dans la phase opérationnelle, en débloquant les budgets et en précisant les contours concrets de ces engagements. »

Cette séance du Conseil territorial a également été l’occasion d’acter la création d’un office foncier solidaire (OFS) à l’échelle du territoire, dispositif d’accession facilité à la propriété via le bail réel solidaire. Il sera adossé à un office public du logement et devrait proposer 120 à 150 logements par an, à des prix d’accession « 20 à 30 % » sous le prix du marché, avec une redevance de 2 euros par mois et par mètre carré.

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original