Si les aléas de la conjoncture le permettent, le nouveau plan local d’urbanisme devrait être officiellement opérationnel, après contrôle de légalité par l’État, en décembre 2022. Pour l’équipe du bureau d’études Espace Ville, missionnée par la municipalité pour mener la réflexion sur le devenir du village, « le calendrier est court mais tenable ».

« Revenir à quelque chose de raisonnable » 

Vendredi soir, Olivier Maupu, chef de projet senior d’Espace Ville et Sylvain Boisseau, chargé d’études, ont animé une réunion publique à la salle des fêtes. Il a d’abord été question du projet d’aménagement et de développement durable (PADD) qui « va donner du sens au PLU ».

Ils sont revenus sur le diagnostic opéré jusqu’à ce jour, tout en recommandant aux administrés de télécharger la vingtaine de pages relatives au PADD, sur le site Internet de la commune.

Le premier enjeu, comme s’en inquiètent certains Donnerysiens, serait de ralentir les constructions dans les dix à quinze ans à venir. Un avis partagé par la municipalité. Dominique Quetard, adjointe à l’urbanisme, réaffirme qu’il « faut revenir à quelque chose de raisonnable ». En clair, après le rattrapage des quelque vingt-cinq constructions par an dues, pour partie, aux annulations successives du PLU par le passé, le rythme souhaitable ne serait plus que de dix à quinze nouveaux logements annuels, ces prochaines années.

Dans l’air du temps et des objectifs du SCot de l’Est orléanais, auquel le PLU doit être conforme, une grande place devra également être faite aux espaces verts de pleine terre.

À noter qu’une seconde réunion publique, nourrie des échanges de celle-ci, est d’ores et déjà prévue en février ou mars 2022. Y seront abordés plus en détail le plan de zonage et le règlement du PLU.

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original

Moins de constructions – La République du Centre
Étiqueté avec :