Les Français veulent des logements bien isolés mais refusent de dépenser de l’argent pour faire des travaux – BFM Immo

Pour plus d’un Français sur deux, la rénovation des logements mal isolés constitue la principale mesure à mettre en œuvre ces cinq prochaines années dans le domaine du logement. Mais le coût reste le principal frein.

En matière de logement, la rénovation des logements mal isolée est la priorité pour les Français. Une étude BVA pour Drimki* montre que pour 55% des Français, il s’agit de la principale mesure à mettre en œuvre dans les 5 prochaines années. “Cet avis est d’ailleurs partagé par l’ensemble des strates de la société. Les personnes âgées de plus de 65 ans sont d’ailleurs 69% à penser que c’est une priorité dans le domaine du logement pour les années à venir”, précise l’étude.

>> Partenariat BFM Immo : Rénovation énergétique : Quelles sont les aides auxquelles vous pouvez prétendre ?

Les autres priorités sont favoriser l’accès à la propriété notamment pour les jeunes et les primo-accédants (26%), geler les loyers des ménages les plus modestes (23%), et encourager l’accès au logement locatif pour les jeunes (22%).

Mais si les Français veulent, en effet, des logements mieux isolés, ils ne sont pas forcément prêts à mettre la main au portefeuille. En tout cas, pas trop. Pour 71% d’entre eux, le coût des travaux est l’un des éléments dissuadant le plus les propriétaires d’agir. ” Cette opinion est encore plus partagée chez les Français âgés de plus de 50 ans (81%)”, précise l’étude.

L’ampleur des travaux effraie

L’ampleur des travaux est considérée comme le second point bloquant (31%). Les répondants ayant un revenu supérieur à 3000€ par mois sont 37% à avoir cité ce frein. Environ un quart des Français estiment que le manque d’information (sur les diagnostics, les aides…) peut également stopper les propriétaires (23%). La difficulté à trouver des prestataires est, elle, mise en avant par 2 Français sur 10 (19%) : une opinion plus présente chez les résidents d’Ile-de-France (26%), les 50- 64 ans (25%) et les femmes (22%).

Sans surprise, ce sont donc les incitations financières qui pourraient le plus les inciter à agir. Pour 44% des Français, l’un des points les plus importants à mettre en place est la possibilité de déduire une partie des frais engagés de leurs impôts. Cet élément est d’autant plus cité chez les 65 ans et plus (54%) et les CSP+ (49%). Ensuite, 40% affirment qu’il serait primordial de disposer d’une aide de l’Etat ; “élément pour lequel le gouvernement a d’ailleurs déjà œuvré avec la mise à disposition de MaPrimeRénov’ pour tous depuis 2021″, note Drimki. La proposition de prêts à taux zéro et la possibilité d’obtenir une exonération de la taxe foncière le temps des travaux pourraient également être deux moyens efficaces afin d’encourager les propriétaires à se lancer, pour respectivement 34% et 24% des sondés.

*Méthodologie:
Etude réalisée par BVA pour DRIMKI (disponible sur demande), du 31 mai au 2 juin 2022 sur un échantillon de 1002 personnes âgées de 18 ans et plus, représentatif de la population française.

Recherche Google News – Cliquez pour lire l’article original