La France dispose de l’un des plus importants parcs de logements sociaux au monde : plus de 5 millions. Est-ce que tout va bien pour autant ? Non. Dans HLM, mon amour, Frédéric Paul, qui fut directeur de l’Union sociale pour l’habitat, revient sur cet « acquis de la civilisation » et cette « composante de l’État providence » mise à mal sous le quinquennat Macron. Le pays compte pourtant 4 millions de mal-logés. Mais, au lieu de soutenir le logement public, l’exécutif a sabré dans les budgets alloués et laissé le capitalisme financier mettre le pied dans la porte. Alors que le HLM permet de ne pas laisser le marché privé faire seul sa loi, de loger dignement des personnes à un prix décent, et de penser la ville pour tous, en plus d’être plus respectueux de l’environnement (son parc est bien moins énergivore que le parc privé ancien). L’auteur propose plusieurs pistes : renforcer le livret A, unifier les statuts, transformer une partie du parc privé en parc social, et faire que le HLM s’adresse à tous.

 

Vertus et perspectives du logement social
Étiqueté avec :