Le marché du logement atteint des sommets et ne connaît pas de nouvelle crise : comment investir dans le logement ? – Chatborgne

Face à un marché immobilier Le marché immobilier qui bat des records soulève la question de savoir comment y investir. Plus encore lorsque différents courants d’experts soulignent que ce secteur n’est pas confronté à une nouvelle crise, même si les craintes de l’éclatement de la bulle résonnent encore. Pour Morgan Stanley, les prix et l’activité vont suivre des voies différentesEn clair, l’activité immobilière devrait baisser, mais les prix des logements continueront d’augmenter.

Aux États-Unis, le mois dernier, le Indice de référence Case-Shiller, composé des prix des logements dans les dix principales zones métropolitaines du pays, a établi un record de croissance de 20 % des prix des logements. Combinée à des taux hypothécaires qui ont augmenté de 200 points de base sur l’année, cette croissance des prix signifie que l’accessibilité financière s’est davantage détériorée au cours des 12 derniers mois qu’au cours de n’importe quelle autre année, notent les analystes.

« Une partie de la raison réside dans le nombre record de maisons à vendre ». En outre, il est possible que les consommateurs ne pensent pas que c’est le bon moment pour acheter une maison.. Depuis 1982, les consommateurs n’ont jamais fait état de sentiments plus négatifs concernant l’achat d’une maison.

Compte tenu du boom immobilier des années 2000, et de la catastrophe qui en a résulté, les investisseurs auraient le droit d’être un peu inquiets. Mais il y a quelques différences clés entre aujourd’hui et alors, il détaille Morgan Stanley. Premièrement, la hausse des prix des logements avant la grande crise financière (GFC) de 2007-2009 était due à des normes de prêt laxistes qui a poussé la demande à des niveaux insoutenables et a finalement conduit à une vague de défauts de paiement lorsque les emprunteurs ayant des produits hypothécaires risqués n’ont pas pu être refinancés. « Cette fois, les normes de prêt sont restées à l’extrémité étroite des fourchettes historiques, tandis que l’offre a langui à des niveaux historiquement bas ».

Une autre différence essentielle est que l’impact sur l’accessibilité financière n’est pas aussi répandu. Au début des années 2000, un une grande partie de la dette hypothécaire avait un taux d’intérêt variableet la hausse des taux d’intérêt mettent la pression sur les acheteurs potentiels et les propriétaires existants. Au contraire, la grande majorité des hypothèques actuelles sont des hypothèques à taux fixeavec des paiements mensuels abordables basés sur un taux d’intérêt hypothécaire inférieur de 175 points de base au taux en vigueur. « Les propriétaires actuels ne sont pas soumis à de nouvelles pressions car ils bénéficient de taux d’intérêt plus bas.

Dans ce contexte, où allons-nous maintenant, demande Morgan Stanley. Les données sur les ventes de logements ont déjà faibli dans les demandes d’achat, les ventes de logements existants et les ventes de logements neufs. « Malgré la baisse des volumes de vente, le manque de stocks, combiné à des normes de prêt strictes, devrait maintenir les défauts de paiement et les saisies à un niveau bas et… protéger les prix des logements.« , croient-ils.

Ils prévoient également que l’appréciation des prix des logements devrait ralentir, mais terminer l’année 2022 à 10 % par an et augmenter encore de 3 % d’ici décembre 2023. « Cette combinaison de pénurie d’offre, de risque de défaut atténué et de prix des logements soutenus est une grande différence par rapport aux années 2000, c’est pourquoi nous pensons que les actifs se réfèrent aux MBS unifamiliaux. sont des possibilités d’investissement attrayantes« La banque dit.

« Nous pensons que les participants au marché ont plus qu’apprécié l’élimination de la politique monétaire accommodante de l’UE. Réserve fédérale mais ils n’ont pas pleinement réalisé à quel point la nouvelle offre de papier ralentira la dynamique susmentionnée ». « De la même manière que nous ne pensons pas que le marché du logement soit confronté à une nouvelle crise.Nous ne pensons pas non plus que le marché hypothécaire doive être fixé à des niveaux de crise », concluent-ils.

Recherche Google News – Cliquez pour lire l’article original