François Hollande avait promis la construction de 150.000 HLM par an. Sous son quinquennat (2012-2017), ce chiffre n’a jamais été atteint. Au mieux, la France en a produit un peu plus de 120.000 en 2016 (voir ci-dessous). Depuis, la construction est en chute libre. En 2020, on est même passé sous la barre des 100.000, à 90.000 exactement. Du jamais vu depuis la crise financière de 2008! Une mauvaise nouvelle pour les épargnants qui envisageraient de faire fructifier leur argent, tout en donnant un coup de pouce au logement social.

» LIRE AUSSI – Peut-on attribuer prioritairement aux Français les logements sociaux?

Pour y remédier, Emmanuelle Wargon, ministre du Logement a fixé un objectif en février dernier: 250.000 nouveaux logements sociaux en 2 ans (2021 et 2022) dans le cadre d’un protocole signé avec le monde HLM. Soit 125.000 en moyenne par an. À mi-parcours, cet objectif a déjà du plomb dans l’aile. Car, pour 2021, on sera bien en dessous. «Entre 105.000 et 110.000», confie au Figaro Emmanuelle Wargon. La Fédération nationale des offices publics de l’habitat vise, quant à elle, plutôt «100.000 voire moins». Autrement dit, pour atteindre l’objectif fixé par la ministre, la France devra construire 140.000 à 150.000 HLM en 2022. Un score jamais atteint et qui paraît difficilement atteignable.

«L’objectif du gouvernement est irréaliste, affirme la Fédération nationale des offices publics de l’habitat qui n’a pas signé le protocole. Les conditions économiques ne sont pas réunies pour créer un vrai choc de l’offre: la baisse des recettes des organismes de HLM, l’augmentation des coûts de construction, le coût du foncier sont autant de freins à une hausse de la construction de nouveaux logements».

» LIRE AUSSI – La ministre du Logement et les HLM: faites ce que je dis, pas ce que je fais

Crédit Photo : Fondation Abbé Pierre

» LIRE AUSSI – Osez miser sur la construction de logements sociaux

«Ce n’est pas un problème d’argent (le manque de logements sociaux) mais de validité des projets par les élus locaux. Nous avons besoin de ces logements sociaux», pointe du doigt la ministre qui rappelle que «le logement est le premier poste de dépenses» des Français (voir la vidéo ci-dessous). Derrière cet enjeu, le débat houleux autour du quota des HLM. Le gouvernement bataille avec des maires qui n’en construisent pas assez à son goût.

C’est dans ce but que la ministre du Logement a souhaité pérenniser le taux légal de HLM à 20% ou 25% au-delà de 2025, date à laquelle la loi SRU devait prendre fin. Les députés de l’Assemblée nationale ont donné leur feu vert au début du mois. Une façon d’inciter plus de maires à construire plus de HLM. Et s’ils ne s’exécutent pas, les préfets peuvent délivrer, à la place des maires récalcitrants, le permis de construire.

» LIRE AUSSI – Le gouvernement veut s’attaquer aux maires qui construisent «trop» de HLM

Autres mesures qui ont été reprises dans le projet de loi de finances 2022 pour recréer un choc d’offre: le gouvernement a prévu une enveloppe de 175 millions d’euros pour les maires bâtisseurs, dans la lignée du rapport remis il y a deux mois par le maire de Dijon François Rebsamen. À cela s’ajoute la compensation intégrale de l’exonération de taxe foncière dont bénéficient les bailleurs sociaux jusqu’en 2026. «Il faut que les communes et les bailleurs sociaux se mobilisent» pour réaliser l’objectif de 250.000 HLM, encourage Emmanuelle Wargon. Tout en mettant en garde les maires qui construisent trop de logements sociaux. Au nom de la «diversification de l’offre de logements».

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original

La France manque-t-elle de logements sociaux? – Le Figaro
Étiqueté avec :