Le bâtiment Bois et Rêve’s sortira de terre à l’horizon 2023 dans l’écoquartier Flaubert, entre les rues George-Sand et Eugène-Sue. Sur une surface plancher de 2 210 m², ce programme de 27 logements sera commercialisé en bail réel solidaire, porté par un organisme foncier solidaire rassemblant trois bailleurs sociaux : La Savoisienne Habitat, Rhône Saône Habitat et Isère Habitat. Ce dernier en est aussi le maître d’ouvrage. Il est réalisé en conception-réalisation par le groupement emmené par l’entreprise générale Chanut avec l’agence Milk Architectes.

Le programme se compose de deux volumes de 13 et 14 logements, l’un côté nord, l’un côté sud, séparés par un jardin central en pleine terre. Cette respiration végétale offrira plus d’intimité aux logements et une ouverture visuelle sur le grand paysage. L’ensemble reposera sur un niveau de stationnement. En toiture prendront place des panneaux photovoltaïques et une terrasse collective, en partie végétalisée.

 

Bois et terre. Conformément aux exigences environnementales de la Ville de Grenoble pour cette ZAC, le principe constructif intègre une part de matériaux bas carbone biosourcés, limitant l’énergie grise. « Une partie de la charge foncière est prise en compte par la commune ce qui permet de sortir ces opérations plus onéreuses et de soutenir la filière de production des matériaux biosourcés qui a besoin de se développer, afin de baisser ses coûts », estime Thomas Pouderoux, responsable développement chez Isère Habitat. Dans Bois et Rêve’s, le volume de bois est estimé à 25 dm³/m² SP, en différentes déclinaisons : poteaux poutres, murs à ossatures bois, balcons, menuiseries intérieures et extérieures, isolation en laine de bois…

« Le bâtiment est tenu par les poteaux intérieurs : ainsi, tous les murs périphériques n’étant pas porteurs, nous pouvons choisir d’autres matériaux que le béton », précise Arnaud Hudry, architecte référent du projet. C’est pourquoi le socle du rez-de-chaussée est, lui, réalisé en béton de terre. « La terre demande des intentions constructives différentes, car elle peut être fragile, poursuit-il. Mais nous avons de plus en plus l’habitude de travailler avec ce type de matériaux. »

 

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original

Grenoble : construction solidaire rime avec béton de terre – Moniteur