En Suède, on imagine la maison de demain plus verte, plus durable et moins émettrice de CO2 – franceinfo

Dans le sud de la Suède, Helsingborg accueille pendant plus d’un mois un festival dédié à la ville et des innovations urbaines. Baptisé H22, cette “City Expo” se pose une question essentielle jusqu’au 3 juillet 2022 : comment rendre nos villes plus vertes, plus durables, moins émettrices de CO2 ? 

Cette question est particulièrement importante lorsqu’on évoque le changement climatique : 60% des habitants de la planète vit en ville, et la façon dont ils se déplacent, se nourrissent ou se chauffent a un impact direct.

Ainsi, une solution a été adoptée à Helsingborg, où un nouveau quartier a été créé sur le port de commerce. Au lieu d’être raccordés à un égout commun, tous les logements sont équipés de trois évacuations : une pour les eaux grises (la salle de bain et la cuisine), une autre pour les eaux noires (les WC) et une troisième… pour le reste. 

Peter nous fait une démonstration depuis sa cuisine : “Voilà le broyeur, ce gros truc carré. Vous mettez les déchets de nourriture à l’intérieur. On met en marche, ça va être un peu bruyant… On pousse un peu et tous ces déchets vont jusqu’à la station d’épuration qui est à 500 mètres d’ici, pour faire du biogaz“, sourit-il. Ici, donc, plutôt que de tout mélanger, on sépare, ce qui permet de récupérer de la chaleur, des matières premières. C’est la première fois que cette infrastructure à trois canalisations est installée à l’échelle d’un quartier entier.

>> “Planification écologique” : la Suède peut-elle devenir le modèle de la France pour viser la neutralité carbone ?

D’autres innovations marquantes sont également présentées durant ce H22, comme ces parkings à vélo sécurisés dans la rue imaginés par une start-up estonienne. Essentiel si l’on veut que les gens laissent leur voiture au garage. Ou encore ce dispositif à Helsinki, en Finlande, qui va alimenter son chauffage urbain par un archipel d’îles flottantes remplies d’eau chaude, grâce à des pompes à chaleur, et qui va flotter au large de la ville. Presque de la science-fiction.

[embedded content]

Mais il y a aussi des solutions plus simples, de bons sens dont on se demande pourquoi elles n’ont pas été réalisées avant. Un architecte d’Oslo, en Norvège, a ainsi construit un immeuble de bureau avec 70% de matériaux recyclés : des dalles, des colonnes, des portes, des revêtements qui viennent d’autres immeubles en démolition. On voit tout l’impact que ça pourrait avoir si on faisait ce recyclage à grande échelle.

Toutefois, si H22 est très tourné vers les capitales occidentales, mettant en avant la technologie, et en oubliant parfois que les habitants, les citadins, peuvent aussi agir. Il y a par exemple, le mouvement des Ciclovia, où les grands axes des villes sont fermés aux voitures afin de laisser les habitants en profiter. Cela a commencé grâce à des manifestations à Bogota, en Colombie, il y a presque 50 ans. Et ça a gagné aujourd’hui presque toutes les capitales d’Amérique latine.

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original