DIRECT. Législatives 2022 : Yannick Jadot ne sera pas candidat… Résultat des… – Linternaute.com

DIRECT. Législatives 2022 : Yannick Jadot ne sera pas candidat... Résultat des sondages et actus

DIRECT. Législatives 2022 : Yannick Jadot ne sera pas candidat... Résultat des sondages et actus ELECTIONS LEGISLATIVES. Les écologistes ont dévoilé la liste des 100 noms qui seront candidats aux élections législatives. Yannick Jadot, ex-candidat EELV à la présidentielle, n’en fait pas partie. Les dernières infos en direct.

L’essentiel

  • Les élections législatives auront lieu les 12 et les 19 juin 2022. Les Français sont appelés à désigner les députés pour former la nouvelle Assemblée nationale.
  • Un temps pressenti, Yannick jadot ne sera finalement pas candidat aux élections législatives des 12 et 19 juin prochains. L’ancien candidat d’EELV à la présidentielle se fait discret depuis la dernière échéance électorale et n’a donc pas été investi parmi les 100 noms dévoilés par son parti, dans le cadre de la Nouvelle union populaire écologique et sociale.
  • Carole Delga, Hélène Geoffroy et Stéphane Le Foll, trois figures du PS opposées à l’accord ave la France Insoumise aux législatives, tiennent ce soir une réunion en visioconférence pour tenter de coordonner les candidatures socialistes dissidentes qui se déclarent dans le pays.
  • Deux nouvelles ministres sont officiellement investies par la majorité présidentielle pour les législatives : Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, brigue un second mandat dans l la Somme et Elisabeth Moreno, ministre déléguée à l’Egalité femmes-hommes, se présente dans la 9ème circonscription des Français à l’étranger.
  • Eric Zemmour a annoncé dans la soirée du 12 mai qu’il serait candidat aux législatives dans la 4e circonscription du Var. “J’aime le Var, j’aime les Varois et mon petit doigt me dit qu’ils me le rendent bien”, a-t-il déclaré.
  • Jean-Luc Mélenchon, lui, ne sera pas candidat aux élections législatives dans les Bouches-du-Rhône, c’est son ancien directeur de campagne Manuel Bompard qui sera investi dans sa circonscription.
  • Un sondage de Cluster17, publié ce vendredi 13 mai, place la Nupes en tête des intentions de vote au 1e tour : 31% des sondés souhaitent soutenir un de ses candidats. Cependant, selon le sondage Harris Interactive du 11 mai, à l’issue des deux tours, la majorité présidentielle décrocherait entre 300 et 350 sièges, c’est-à-dire une majorité absolue.
  • Suivez sur cette page les dernières actualités de campagne, les sondages, et les informations sur le fonctionnement du scrutin.

EN DIRECT

<!– AMP-LIVE-REMOVE-ME –>

20:50 – Comment vont se dérouler les élections législatives de juin ? (2)

Pour se qualifier pour le deuxième tour, un candidat doit avoir recueilli au premier tour un nombre de voix au moins égal à 12,5% du nombre des électeurs inscrits dans la circonscription. Mais si un seul candidat remplit cette condition, alors le candidat arrivé en deuxième position peut se maintenir au second tour. Si aucun candidat n’a obtenu les 12,5% de voix d’inscrits, les deux candidats arrivés en tête sont qualifiés pour le second tour. Au deuxième tour, le candidat arrivé en tête, avec une majorité absolue ou relative, est élu. En cas d’égalité parfaite de suffrages,  c’est le candidat le plus âgé qui est élu.

20:30 – Comment vont se dérouler les élections législatives de juin ? (1)

L’élection s’effectue au suffrage universel direct, par un scrutin dit majoritaire uninominal à deux tours dans chaque circonscription. Dans chaque circonscription, un candidat est élu et obtient donc un siège de député dès le premier tour, s’il obtient la majorité absolue des suffrages exprimés et un nombre de voix égal au quart du nombre d’électeurs inscrits.

20:06 – Yannick Jadot ne sera pas candidat aux élections législatives

Un temps pressenti, Yannick jadot ne sera finalement pas candidat aux élections législatives des 12 et 19 juin prochains. L’ancien candidat d’EELV à la présidentielle se fait discret depuis la dernière échéance électorale et n’a donc pas été investi parmi les 100 noms dévoilés par son parti, dans le cadre de la Nouvelle union populaire écologique et sociale.

19:30 – Marine Le Pen pointe du doigt le “vilain mensonge” de Jean-Luc Mélenchon

Dans cette même interview dans le journal Le Figaro, Marine Le Pen a dénoncé le “vilain mensonge” de Jean-Luc Mélenchon : “Le vilain mensonge de Mélenchon, laissant croire qu’il pourrait être premier ministre, ne tient pas la route. Dans cette tripolarisation de la vie politique, il est impossible pour lui d’avoir la majorité des députés.” Le principal intéressé appréciera…

19:10 – Marine Le Pen aimerait remporter 60 circonscriptions aux élections législatives

Dans une interview accordée au Figaro, Marine Le Pen a affiché son ambition pour les élections législatives à venir : “Mon ambition, c’est d’obtenir la traduction de la présidentielle. Il ne s’agit pas seulement d’avoir un groupe. Mais d’avoir l’intégralité des moyens qui sont mis à la disposition de l’opposition dans une démocratie vivante.” L’ex-candidate du rassemblement national se montre donc ambitieuse et aimerait obtenir “le pouvoir de saisir le Conseil constitutionnel. Ce qui veut dire au moins soixante députés”. Ses opposants sont prévenus.

18:50 – Marine Le Pen sera-t-elle à nouveau candidate à la présidentielle de 2027 ?

La principale intéressée ne le pense pas. Dans une interview au Figaro, Marine Le Pen a affirmé : “J’essaye de peser mes mots. Quand je dis “a priori”, cela veut dire sauf événement exceptionnel. A priori, donc, je pense que trois présidentielles, c’est déjà un parcours. Qui m’a permis de faire monter nos idées de 18 % à 42 %. Ce qui, en dix ans, est une belle dynamique.”

18:31 – Un candidat LREM dissident face à la ministre Elisabeth Moreno aux élections législatives

La ministre déléguée chargée de l’égalité entre femmes et hommes a été investie par la majorité présidentielle dans la 9e circonscription des Français de l’étranger. Elle y expérimentera la concurrence d’un candidat LREM dissident : Ahmed Eddarraz, un proche du couple Macron, a décidé de maintenir sa candidature dans cette circonscription, qui couvre le Maghreb et une partie de l’Afrique de l’Ouest. Ahmed Eddarraz justifie sa candidature dissidente car il juge que la ministre “n’est pas prête” à cette élection.

18:19 – Pour Gérard Larcher, “il y a la place pour une opposition d’une droite républicaine” aux législatives 2022

“Il est important, en démocratie, d’avoir une opposition qui soit à la fois claire, mais qui peut être positive”, déclare ce président LR du Sénat sur Franceinfo ce matin. Il précise qu’il existe “des points sur lesquels nous pouvons nous rejoindre, il y en a d’autres sur lesquels nous ne nous rejoindrons pas” avec la majorité présidentielle. Mais “est-ce qu’on imagine l’opposition à l’Assemblée nationale être seulement incarnée par LFI ou le Rassemblement national ? Je dis non. Il y a la place pour une opposition d’une droite républicaine.”

17:56 – Clémentine Autain justifie le silence de la France insoumise sur les accusations contre Taha Bouhafs

La France insoumise a recueilli samedi 7 mai des témoignages de violences sexistes impliquant Taha Bouhafs. Ceux-ci ont été révélés dans la presse mercredi 11 mai. Dans une tribune publiée par L’Obs, Clémentine Autain, qui a recueilli les témoignages, explique le silence de son mouvement jusqu’à mercredi. “Si nous n’avons pas nous-mêmes rendu publics ces témoignages, c’est parce que nous nous sommes fixé un cadre général de confidentialité pour ne pas déposséder les femmes de leur parole, de leur démarche. De plus, dans le cas dont nous parlons ici, les plaignantes ne souhaitaient pas une telle exposition.”

Clémentine Autain ajoute : “Quelle organisation politique a réagi de manière aussi claire et rapide après avoir eu connaissance de témoignages d’agressions sexuelles ? […] Je rappelle que Gérald Darmanin ou Nicolas Hulot sont restés ministres alors que nous pouvions lire dans la presse des mises en cause […] ou que LREM, devenu « Renaissance » (!), vient de valider la candidature aux législatives de Jérôme Peyrat, conseiller à l’Elysée et condamné pour violences conjugales.

17:36 – Eric Zemmour va vivre dans le Var, où il se présente aux élections législatives

Le chef de Reconquête refuse qu’on le qualifie de parachuté. Il annonce à Var Matin son intention de s’installer dans la 4e circonscription du Var, où il est candidat pour les législatives 2022. Eric Zemmour y possède déjà une maison de vacances. Sur ses réseaux sociaux, il partage aujourd’hui de nombreuses vidéos de ses propres actions de tractage dans les commerces et les cafés de la circonscription. La campagne pour les législatives est définitivement lancée pour Reconquête.

17:24 – Eric Zemmour ciblé par une nouvelle plainte pour “incitation à la haine raciale”

Le désormais candidat aux élections législatives dans la 4e circonscription du Var est l’objet d’une plainte, déposée par l’association “Maison des potes”. Celle-ci, à l’origine de plusieurs plaintes antérieures contre Zemmour, annonce qu’elle se constitue partie civile pour dénoncer des propos tenus en 2021 par celui qui était alors chroniqueur sur CNEWS : sur la chaine, Eric Zemmour avait affirmé à plusieurs reprises que “tous les trafiquants de crack sont sénégalais”. Le directeur de l’association Maison des potes, Samuel Thomas, déclare au Parisien qu’il souhaite que la condamnation, si elle arrivait, soit accompagnée d’une peine d’inéligibilité.

16:56 – Plusieurs candidats investis par la majorité aux législatives malgré des démêlés en cours avec la justice

BFMTV dresse la liste des candidats de la majorité présidentielle aux élections législatives faisant l’objet de plaintes ou de condamnations par la justice. Force est de constater qu’ils sont un certain nombre. Jérôme Peyrat, candidat dans la 4e circonscription de Dordogne, a été condamné en 2020 pour violences conjugales. Sira Sylla, prétendante à la 4e circonscription de Seine-Maritime, a été condamnée par les Prud’hommes de Paris pour non-respect du temps de travail, licenciement sans cause réelle et sérieuse, et harcèlement moral sur une collaboratrice. Elle est d’ailleurs de nouveau en procès pour harcèlement moral sur un collaborateur.

Anne-France Brunet, députée sortante de Loire Atlantique, est l’objet d’une plainte pour violences et harcèlement par une ex-assistante parlementaire. Laetitia Avia, députée sortante de la 8e circonscription de Paris, est visée par une plainte pour harcèlement moral sur cinq anciens collaborateurs parlementaires. Ajoutons Thierry Solère, député sortant de la 9e circonscription des Hauts-de-Seine, et objet de 13 chefs d’accusation, parmi lesquels “détournement de fonds publics”, “trafic d’influence passif” et “emploi fictif”.

16:33 – Manuel Valls veut mettre “les projecteurs sur les Français de l’étranger” par sa candidature aux législatives

“Ma seule candidature a mis les projecteurs sur les Français de l’étranger”, assure à l’AFP l’ancien Premier ministre socialiste, candidat aux législatives pour la 5e circonscription des Français de l’étranger. Manuel Valls compte “faire bénéficier les Français” de son “expérience”, de son “influence” et de sa “voix forte”. Pourtant, en Espagne, son retour en politique n’est pas très enthousiasmant : le quotidien conservateur ABC, dans un éditorial, prédit sa défaite, concluant que “ce sera la fin d’un opportuniste qui n’a pas eu la sagesse, le courage et la dignité de se retirer à temps.”

15:51 – Manuel Valls se heurte à la candidature dissidente de Stéphane Vojetta aux élections législatives

L’ancien Premier ministre de François Hollande a été investi par LREM dans la 5e circonscription des Français de l’étranger, qui inclut l’Espagne, le Portugal, Andorre et Monaco. Mais il a face à lui le député sortant de la majorité présidentielle, Stéphane Vojetta, qui maintient sa candidature en dissidence.  “J’imagine que Macron a fini par céder face à l’acharnement de Valls”, déplore Stéphane Vojetta auprès du Monde.  “C’est aussi ma responsabilité de corriger les erreurs de ma famille politique quand je les vois.” Fort de son implantation à Madrid depuis 20 ans, Stéphane Vojetta assure que Manuel Valls est impopulaire dans la circonscription. 

14:58 – Au PS, les dissidences tenteront de s’organiser ce soir en vue des législatives

L’accord signé entre le PS et les autres formations de gauche  aux élections législatives mécontente toujours une partie des socialistes. Alors que de nombreuses candidatures dissidentes se déclarent dans le pays, les principales figures d’opposition à la Nupes au sein du PS tiennent ce soir une réunion en visioconférence pour s’organiser. Carole Delga, Stéphane Le Foll ainsi que la maire de Vaulx-en-Velin Hélène Geoffroy présideront ce rendez-vous. Un événement qui n’a pas manqué de faire réagir Olivier Faure : “A quoi sert la dissidence ? A donner le sentiment de vouloir s’opposer à un rassemblement voulu par 90 % du peuple de gauche ?” Déplore-t-il dans le Monde.

LIRE PLUS

<!– AMP-LIVE-REMOVE-ME –>

En savoir plus

Quelles sont les dates des élections législatives 2022 ?

Le premier tour des élections législatives est organisé dans toutes les circonscriptions de France métropolitaine le dimanche 12 juin 2022 ; le second tour a lieu le dimanche 19 juin 2022. A l’étranger et en Polynésie française, le premier scrutin se tient une avance avant le vote organisé en métropole. Dans certains départements et collectivités d’outre-mer, les électeurs votent aux législatives le samedi précédant l’élection en métropole. Ces deux scrutins interviennent seulement deux mois après l’élection présidentielle, du fait la campagne en plus d’être courte et imprégnée des dynamiques de l’élection présidentielle. Les investitures des candidats interviennent généralement début mai après les séquences de tractations mais les candidatures officielles doivent être déposées en préfecture entre le 16 et la 20 mai, à 18 heures au plus tard. Quant à la campagne officielle, elle dure deux semaines et commence le lundi 30 mai cette année. A compter de cette date, les communes doivent mettre à disposition des candidats des espaces d’affichage et les médias donnent la parole aux partis politiques engagés dans la course des législatives.

Quel est le fonctionnement des élections législatives ?

Les hommes et femmes désignés députés lors des élections législatives sont les représentants de la Souveraineté nationale pendant 5 ans, sauf en cas de dissolution interrompant la législature. L’élection s’effectue au suffrage universel direct, par un scrutin dit majoritaire uninominal à deux tours dans chaque circonscription. Dans chaque circonscription, un candidat est élu et obtient donc un siège de député dès le premier tour, s’il obtient la majorité absolue des suffrages exprimés et un nombre de voix égal au quart du nombre d’électeurs inscrits.

Pour se qualifier pour le deuxième tour, un candidat doit avoir recueilli au premier tour un nombre de voix au moins égal à 12,5% du nombre des électeurs inscrits dans la circonscription. Mais si un seul candidat remplit cette condition, alors le candidat arrivé en deuxième position peut se maintenir au second tour. Si aucun candidat n’a obtenu les 12,5% de voix d’inscrits, les deux candidats arrivés en tête sont qualifiés pour le second tour. Au deuxième tour, le candidat arrivé en tête, avec une majorité absolue ou relative, est élu. En cas d’égalité parfaite de suffrages,  c’est le candidat le plus âgé qui est élu.

Qui sont les candidats aux élections législatives ?

Lors des élections législatives, ce sont toujours plusieurs milliers de candidats qui s’engagent pour briguer un siège à l’Assemblée nationale. En 2017, ils étaient près de 8000. Selon le code électoral, pour se porter candidats aux législatives, il faut respecter un certain nombre de conditions : être majeur au jour de l’élection ; jouir de ses droits civiques ; ne pas être dans un cas d’incapacité ou d’inéligibilité prévu par la loi. Un candidat n’a pas l’obligation, en revanche, de figurer sur la liste électorale d’une des communes de la circonscription législative qu’il vise. Il est interdit de se présenter dans plusieurs circonscriptions. Il est impossible pour un maire ou une personne exerçant des fonctions exécutives locales de se porter candidat à une élection législative, depuis la loi organique du 14 février 2014 sur le non-cumul des mandats.

Quels sont les résultats des sondages sur les législatives 2022 ?

Il faut bien comprendre que les élections législatives sont d’une nature très singulière : il s’agit en réalité de 577 scrutins différents, une par circonscription, avec des candidats se présentant uniquement dans un unique territoire. Les instituts de sondage ne se prêtent pas à l’exercice de réaliser une enquête d’opinion dans chaque circonscription. En revanche, les sondeurs effectuent toujours pour les législatives des études d’intentions de vote par formation politique à l’échelle nationale, pour le premier et le deuxième tour. Des analyses plus fines suivent avec des projections en nombre de sièges, avec de larges fourchettes. 

De premiers sondages sur les élections législatives, donnant les premières tendances, viennent d’être publiés. Attention, les projections sont un exercice très difficiles à réaliser pour les sondeurs, mais elles donnent des éléments sur les rapports de force en jeu : selon un sondage de Cluster 17, publié vendredi 29 avril, 34% des électeurs interrogés ont l’intention de voter pour un candidat soutenu par les principales forces de gauche au premier tour, 24% pour un candidat soutenu par le RN et Reconquête, 24% pour un candidat soutenu par le parti présidentiel, et 9,5% pour un candidat soutenu par les Républicains.  Un sondage Ifop datant du même jour indique que 35% des personnes interrogées souhaitent la victoire d’une union des gauches aux législatives, 29% la victoire d’une alliance RN-Reconquête, 26% la victoire du camp présidentiel, et 10% celle des Républicains et de leurs alliés. En revanche, un sondage Harris Interactive plus ancien (25 avril) basé sur les intentions de vote prévoit une majorité absolue pour le président Macron à l’issue des deux tours.

Quel est le résultat des dernières élections législatives ?

Les résultats des précédentes législatives avaient permis à Emmanuel Macron de gouverner avec une majorité absolue, puisque 350 sièges sur 577 avaient été attribués, en 2017, aux partis La République en Marche et au MoDem. Le parti Les Républicains devenait alors le premier parti d’opposition, avec 112 élus. Le Parti socialiste enregistrait une très sévère défaite, avec l’élection de seulement 30 parlementaires au Palais Bourbon. La France Insoumise était parvenu à se constituer un groupe parlementaire, avec 17 élus, le Rassemblement national avait fait entrer 8 élus à l’Assemblée nationale. En cinq ans, ces chiffres ont évolué au fil des démissions, changements de groupes et législatives partielles. Voici dans le graphique ci-dessus la composition de l’Assemblée nationale actualisée avant le résultat des législatives 2022.

Recherche Google News – Cliquez pour lire l’article original

Recherche Google News – Cliquez pour lire l’article original