Chauffage, plomberie, sanitaire : net rebond des achats dans le négoce en 2021 – Batiweb.com

La FDME-FNAS présentait ce mardi son étude conjoncturelle sur les achats de matériel sanitaire, chauffage et plomberie par les réseaux de négoce en France en 2021. Une année qualifiée « de rattrapage » après une année 2020 marquée par la crise sanitaire. Les achats dans le négoce atteignent ainsi 4,9 milliards d’euros, soit +20 % par rapport à l’année précédente.

En 2021, les achats d’équipements chauffage, sanitaire et plomberie ont représenté 4,9 millions d’euros, soit +20 % par rapport à l’année précédente, selon l’étude annuelle présentée par la Fédération des Distributeurs de Matériel Électrique et de génie climatique (FDME) et la Fédération des Négociants en Appareils Sanitaires, chauffage – climatisation et canalisations (FNAS).

Un net rebond pour toutes les familles de produits

Le chauffage représente toujours plus de la moitié des achats, à hauteur de 55,8 %, contre 28,4 % pour le sanitaire, et 15,8 % pour la plomberie. Mais la plomberie enregistre toutefois la plus forte augmentation en 2021, avec +24,2 %, devant le chauffage (+20,5 %), et le sanitaire (+17 %).

Répartition des achats dans le négoce par segment. Source : étude FDME-FNAS

Jean-Pascal Chirat, délégué général du Club de l’Amélioration de l’Habitat (CAH), a notamment présenté le bilan des achats négoces dans le chauffage. Toutes les familles de produits ont été en progression entre 2020 et 2021.

Comme dans le dernier bilan d’Uniclima, les produits ayant enregistré la plus forte dynamique sont les pompes à chaleur (PAC) Air/Eau, avec +39,4 %, tandis que les PAC Air/Air enregistrent un ralentissement, avec seulement +3 %.

Outre les PAC Air/Eau, d’autres familles de produits sont en forte croissance :  les radiateurs à eau chaude avec +31,7 %, les chaudières bois et polycombustibles (+30,6 %) – de plus en plus soutenues par MaPrimeRénov’-, les VMC simple et double flux (+29,3 %), ou encore les chauffe-eaux thermodynamiques (+24 %). Cette dernière progression pouvant notamment s’expliquer par un rattrapage des livraisons de maisons neuves, après des arrêts de chantiers en 2020. Autre point positif à noter : la reprise pour les équipements solaires, avec +5,5 %, après 8 années consécutives de baisse.

Michel Cattet a dans un second temps fait un focus sur le sanitaire, ayant représenté 28,4 % des achats des négoces en 2021 (après 29,1 % en 2020). Dans le détail, la robinetterie représente 32 % des achats, devant la céramique sanitaire (21 %), et les cabines et parois de douche (14 %).

Sanitaire : la répartition des achats dans le négoce en 2021. Source : étude FDME-FNAS

Le segment de la plomberie enregistre de son côté une belle reprise, avec +22,1 % de ventes, et +24,2 % d’achats en 2021, après -9,9 % en 2020. Les tubes en cuivre représentent la majorité des achats en 2021, à hauteur de 16 %, mais la répartition reste à peu près équitable avec les autres tubes et raccords d’autres matériaux (laiton, PER, plastique, fonte, acier, inox). En tout, ce segment représente désormais 57 % des achats en plomberie, contre 55,5 % en 2019 et 2020.

Plomberie : la répartition des achats dans le négoce en 2021. Source : étude FDME-FNAS

Inflation et pénuries : l’incertitude plane pour les mois à venir

À l’issue de la présentation de ces chiffres 2021 la FDME-FNAS a évoqué les perspectives pour les mois à venir. S’il prévoit encore des mois dynamiques, notamment grâce aux aides de MaPrimeRénov’, le syndicat s’impatiente un peu plus concernant la mise en place de MaPrimeAdapt’, qui devrait permettre de générer des travaux d’adaptation des logements, notamment dans les salles de bains. Mais cette nouvelle aide ne devrait pas être effective avant fin 2023, selon le syndicat.

Les perspectives pour 2022 sont également plus incertaines avec le « choc inflationniste », les hausses de prix et difficultés d’approvisionnement, ou encore les pénuries de main d’œuvre qualifiée qui persistent.

Claire Lemonnier
Photo de une : Adobe Stock

Recherche Google News – Cliquez pour lire l’article original