Le maire Gilles Lécole a fait le point sur les principaux dossiers en cours à Aubergenville.
Le maire Gilles Lécole a fait le point sur les principaux dossiers en cours à Aubergenville. (©Fabien Dézé)

Son rôle de maire

« C’est passionnant, c’est le plus beau métier du monde. Mon rôle est d’être au service de la population dans les bons et les mauvais moments. Ma frustration, c’est de ne pas avoir pu profiter autant que je voulais des gens, de ne pas avoir fait mes vœux. Et ma grande fierté, c’est mon équipe. On a su rester très unis. On travaille ensemble et même si on n’est pas toujours d’accord, quand on prend une décision commune, on avance. »

Un nouveau centre-ville

« Entre l’autoroute et la gare, on construit le centre-ville d’Aubergenville. Il y a le projet de la cimenterie (la friche Landuyt) avec du collectif, des pavillons, de l’intermédiaire, quelques commerces et une résidence senior de 100 logements. Il y aura aussi l’aménagement du quartier de la gare. On veut fluidifier les abords pour les bus et les piétons, avoir un parvis ouvert. Actuellement de la gare, on ne voit pas la ville. Trois pavillons vont être détruits. On va recréer des places de parking. En ce qui concerne le bureau voyageur de la gare, il va être redessiné. Ça ne sera pas compliqué de faire mieux qu’aujourd’hui. Entre la gare avec l’arrivée d’Eole, le quartier de la gare, la friche Landuyt, on a trois gros chantiers qui vont se télescoper. Durant 24 mois, ça va être un chantier énorme. »

La redynamisation du bourg

« Le centre-bourg était en train de mourir. Un commerce supplémentaire a ouvert (un restaurant thaïlandais), le bureau de tabac souhaite s’agrandir. La sécurité sociale voulait s’en aller, il n’en était pas question. On va la loger gratuitement à la Maison de Tous. Le centre médico-psychologique infanto-juvénile (CMPJ), qui était au Vivier, va lui s’installer dans les bureaux de la sécurité sociale. On a un projet pour ramener la PMI au même endroit. Avec les orthophonistes et la maison de santé, on a une entité médicale qui s’affirme. »

La fermeture du cinéma

« Il fallait prendre une décision. Engager 750 000 € de travaux pour un cinéma, je ne pouvais pas. Je ne sais pas ce que va devenir le local. Si demain il y avait un incendie et des morts, ça aurait été de ma responsabilité. On réfléchit avec la communauté urbaine pour voir s’il ne serait pas possible de projeter des films à La Nacelle. Il faut voir si notre matériel peut se transposer là-bas. »

Le centre commercial d’Acosta

« Le centre commercial était vieillissant. Il y avait eu beaucoup de projets de rénovation mais rien n’avait jamais abouti. À mon arrivée à la mairie, je suis allé voir 1 001 Vies en leur disant : « Les projets ambitieux, on n’arrive jamais à les mener. » L’idée était d’être plus pragmatique, de remettre ce centre commercial aux normes en termes de propreté et d’accessibilité. On s’est entendu avec eux et on a réussi à obtenir une enveloppe de 300 000 € pour les travaux. On ne restructure pas, on refait à neuf l’existant : les carrelages, les devantures… En 2022, ça sera réalisé. On sait pertinemment que ça va ramener de nouveaux commerces. Les commerçants sont contents car depuis 1968, rien n’a été fait. On a une rénovation qui sera pérenne sur dix ou quinze ans. »

L’équilibre commercial

« On ne m’a pas demandé mon avis pour l’arrivée de Lidl et Grand Frais à Family Village. Je n’étais pas forcément pour car j’ai des commerçants de proximité, un marché, le centre d’Acosta… Je veux un équilibre, que tout le monde ait sa place. Personne ne doit dévorer l’autre comme Carrefour l’a fait dans les années 60. Il y a eu une période compliquée pour tout le monde mais j’ai l’impression qu’aujourd’hui, les choses s’équilibrent. Je reste attentif. J’ai besoin de commerces partout dans la ville. »

L’église et l’école Reine Astrid

« Ce sont deux projets pour lesquels je temporise. L’architecte des bâtiments de France m’a dit que si l’église était classée, on aurait plus de subventions. L’édifice Sainte-Thérèse mérite des travaux. On a reçu un avant-projet détaillé qui nous disait exactement ce qu’on devait faire en intérieur et en extérieur. La première étape sera sûrement l’extérieur. Pour l’école Reine Astrid, on va probablement se diriger vers un groupe scolaire mais aujourd’hui, il n’y a pas assez d’enfants. C’est sur l’école maternelle qu’on est plus en difficulté. Pour construire une nouvelle école, il faut compter 8 M€. Ça vaut le coup de se poser les bonnes questions en amont. »

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre 78actu dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original

Aubergenville. Les confidences de Gilles Lécole : « Maire, c’est le plus beau métier du monde » – actu.fr
Étiqueté avec :